Paterson : synopsis et avis sur le film 2016

Paterson_film-synopsis

Réalisé par Jim Jarmusch, Paterson est un film américain qui raconte l’histoire d’un jeune homme du même nom. Paterson habite une ville du même nom que lui, dans l’État du New Jersey. Le jeune homme vit dans une cité qui a vu naître, grandir et prospérer de nombreux écrivains. Comme William Carlos Williams et Allen Ginsberg, Paterson veut aussi réussir à vivre de sa plus grande passion : la poésie. Poète minimaliste qui s’inspire de ses idoles d’écrivains pour remplir son petit carnet, Paterson est aussi un simple chauffeur de bus. Tout est parfait dans sa vie de tous les jours, à la maison comme derrière le volant de son bus. Et tous les soirs avant de rentrer, Paterson n’oublie pas son rituel de boire une bière dans le même bar. Laura, sa femme est également un artiste peintre dotée d’une créativité hors norme. Son faible pour le noir et le blanc se retrace dans toutes ses créations. Marvin quant à lui, le bouledogue anglais du couple, apporte le petit plus que tous les foyers recherchent dans la vie.

Où est l’intrigue ?

Pour un être ordinaire des plus classiques, Paterson en est la représentation parfaite. C’est un poète, certes, mais au lieu d’écrire des vers corrects, il se contente de décrire son quotidien à travers quelques lignes de gribouillis dans un carnet qu’il garde toujours dans sa poche. Mais à part ça, rien. Pourtant émerveillée par ses récits, son épouse ne cesse de conseiller Paterson d’envoyer ses poèmes à un éditeur. Va-t-il se décider à la fin ? Cela changera-t-il quelque chose dans sa vie ? Nul n’en saura presque jamais rien puisque ni le début ni la fin de l’histoire ne le confirme. A part ça, Paterson et Laura forment un couple ordinaire, capable de subvenir correctement à leur besoin et de vivre sereinement malgré tout. Mais c’est tout !

De la poésie pure et dure

Pour un poète de son époque, Paterson est un de ses films qui inspireront notamment les amateurs de l’hymne à la vie. « J’ai mangé/les prunes/qui étaient/dans le frigo/et que/sans doute/tu gardais/pour le petit déjeuner/pardonne-moi|elles étaient délicieuses/si sucrées/et si fraîches. » Ce poème qui est de l’auteur célèbre William Carlos Williams est cité à  plusieurs reprises dans le film Paterson. Un extrait qui inspire fort le jeune homme et que bon nombre d’amateurs de poésie vont adorer en regardant le film. D’autres citations de grands cinéastes et autres artistes du genre vont aussi ponctuer le film au grand plaisir des fans.

Une répétition bien calculée

Quoi de plus ordinaire qu’un chauffeur de bus qui rêve d’une autre vie derrière son volant de tous les jours. Paterson, ce grand artiste qui refuse de se créer un chemin vers le succès littéraire, est le portrait tout craché de tout homme qui refuse d’affronter ses propres peurs pour avancer. Au-delà du film qui raconte un train de vie presque trop ordinaire et trop répétitif, bien loin de la vie au Far West, la plupart verront dans ce film la maladresse de l’homme face aux obstacles de la vie.

paterson-film-avis