Racisme et xénophobie

Racisme-xenophobie-difference-oti-island.net

Le racisme et la xénophobie sont quelquefois collés à des personnalités politiques, notamment les extrêmes droites. Ces deux idéologies constituent alors des armes potentielles pour discréditer son adversaire. Les deux mots ont des significations très différentes bien qu’une personne puisse faire fois preuve à la fois de racisme et de xénophobie. Explications.

Signification de racisme et de xénophobie

Le racisme est un système qui affirme la supériorité d’une race sur une autre jusqu’en précisant la supériorité de celle-ci au sein d’une nation. On parle alors d’une ségrégation raciale. Ce concept génétique étroit qui consiste à hiérarchiser une race au-dessus des autres est illustré par exemple dans l’exemple nazisme. Dans la culture européenne, on associait surtout ce concept au fait de classer les blancs au-dessus des noirs. Et jusqu’à nos jours, les jugements qu’on porte classant les quartiers de « noirs », « arabes » « arabes et noirs », « chinois » ou « blancs » relèvent du racisme, défini ici. Les personnes non accoutumées à la variation phénotypique sont les plus enclins à adopter un tel comportement.

Racisme-xenophobie-oti-island.net

La xénophobie, quant à elle, est une approche qui n’a rien à voir avec le classement hiérarchique. Pour l’anecdote, l’invention de ce mot revient à Anatole France en 1901. 34 ans plus tard, il figure parmi les vocabulaires de l’Académie Française. Le xénophobe montre des hostilités face aux étrangers. Il les craint ou il les déteste. Cela peut provenir de la peur des différences sociales, des mœurs différentes, de l’inaptitude à comprendre les façons de penser des étrangers. La xénophobie présente un danger potentiel plus important que le racisme car elle est insidieuse. Elle accroît en France parce que la peur y est déjà cultivée. La crise détruit la confiance des Français face à l’avenir. Ils préfèrent se tourner vers un passé glorieux où les immigrants n’avaient pas encore peuplé l’Hexagone. Le Front National par exemple se sert de cet instrument pour exciter les peurs des Français à travers les issues des « immigrés », le problème de délinquance ou l’inflation de l’économie. Il ne le fait pas suite à un raisonnement objectif mais pour attiser la xénophobie déjà présente dans l’esprit de certains Français. C’est pourquoi on associe toujours cette approche à l’extrême droite. D’ailleurs, certains de ses membres nourrissent à la fois des idéologies racistes et xénophobes. Dans certains pays sous-développés comme Madagascar, la xénophobie et le racisme peuvent apparaître sous-forme de haine contre la race jaune qui semble piller les richesses du pays. Les quartiers des boutiques chinois sont toujours le théâtre de pillage lors d’une manifestation politique dans ces pays.

L’importance des médias

En France, les médias sont quelquefois pointés de doigt pour avoir favorisé un climat de xénophobie en croissance. Les journalistes, les rédacteurs qui rédigent les unes des articles et d’autres qui font les reportages télévisés ont tous leurs responsabilités face à ce problème. La manière dont la presse fait apparaître les communautés juives, musulmanes, arabes ou noires peut donner des points de vue biaisés lors des attentats, des grèves etc. Car il ne faut pas oublier que les médias sont des canaux d’information importants et inépuisables.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *